Lifestyle

Ce que je n’aime pas à Paris

La ville qui se croit le centre de la France

Cela fait maintenant 3 ans que je vis en région parisienne et que je travaille sur Paris. Bien souvent cette ville et son atmosphère me mettent en colère. Paris et sa région sont un microcosmos qui se croit correspondre à l’ensemble de la France, mais ce que j’ai constaté de mon expérience c’est qu’il s’agit surtout d’un monde à part, une sphère dans une autre dimension et bien souvent déconnectée de ce que nous appellerions la réalité et la vie vraie des autres villes et régions de France.

Ce qui m’insupporte le plus est la centralisation que l’on fait autour de Paris.
« La France ? Oh oui j’adore Paris ! » répondent les touristes. Euh, comment te dire…
De plus, tous les Français ne sont pas déjà allés une fois dans leur vie à Paris. Je me souviens d’une correspondante allemande qui avait été choquée d’entendre que ma famille et moi n’étions jamais allés à Paris. « Et toi, es-tu déjà allée à Berlin ? – Non, avait-elle répondu. – Et bien voilà. »

À ce sujet les médias ne sont pas innocents. Il suffit de regarder quelques minutes la télévision ou écouter la radio pour croire que tout ce qui concerne Paris concerne la France. C’est bien là l’erreur et le danger. Restons proche de nous s’il vous plait et observons ce qui se passe autour de nous avant d’aller s’inquiéter de ce qui se passe dans tel ou tel arrondissement de la capitale.

Dès que je sors de Paris et sa région proche, je me sens comme libérée d’un voile opaque qui m’obstruait jusqu’ici tous les sens et j’ai le sentiment très agréable de vivre à nouveau.

Libérée ! Délivrée !

Voici la liste des trucs que je n’aime pas à Paris :

  • la saleté et les mauvaises odeurs du métro,  RER et de ses stations (notamment ces délicieux champignons qui suintent et gouttent sur ta tête quand tu es sur l’escalator)
  • l’air irrespirable de la pollution liée à la circulation automobile
  • la quantité de fumeurs qui font profiter à tout le monde de leur fumée et de leurs déchets, mégots qui jonchent le sol
  • l’agressivité des gens dans les transports en commun, les gens pressés
  • le brouhaha assourdissant des différents moyen de locomotion (freins crissants des trains, grincements aigus et intempestifs des escalators, klaxons des voitures, pétarades des scooters)
  • le nombre de personnes qui t’interpellent dans la rue en pseudo français ou carrément dans une langue inconnue depuis leur matelas sale ou leurs sacs demandant « s’il vous plait, manger, les enfants »

Finalement, au quotidien, je sors de chez moi, je prends les transports en commun, je vais au bureau, je sors déjeuner quelque part ou je prends à emporter pour manger au bureau, je reprends les transports en commun et je suis de retour chez moi. C’est très rare les fois où je rencontre Paris, le Paris des fantasmes, le Paris touristique, le Paris coquin, le Paris insolite, le Paris joli des cartes postales.

Les SDF et autres sans papiers

Sentiment de malaise et d’impuissance en voyant ces personnes attendre ou en les entendant interpeller les passants. Je laisse la parole à Solange qui s’exprime à ce sujet :

Et vous, qu’est-ce qui vous dérange le plus à Paris ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *